La rencontre avec Louis XV

Le bal des ifs - Gravure de Charles Nicolas Cochin
Le bal des ifs - Gravure de Charles Nicolas Cochin

Madame Le Normand d’Etiolles passait l’été au château d’Etiolles en bordure de la forêt de Sénart.

Louis XV avait hérité des Valois et des Bourbons, une passion frénétique pour la chasse.

Chaque année fin août, le tumulte des équipages envahissait la campagne de Fontainebleau à Sénart. Les invités suivaient la chasse en calèche et Louis XV ne tarda pas à remarquer la silhouette gracieuse de Madame d’Etiolles qui passait tantôt vêtue de bleu dans un carrosse rose, tantôt vêtue de rose dans un carrosse bleu qu'elle conduisait elle-même.

« Ses cheveux châtain clair, son sourire, ses fossettes, son nez parfaitement formé, mais surtout l’éclat de ses yeux ni noirs, ni bleus, ni gris, mais propres à la séduction, attirent le regard »

 

Le Carnaval de février 1745 s’annonçait animé puisqu’il coïncidait avec les fêtes organisées pour les noces du Dauphin avec l’infante d’Espagne, Marie-Thérèse. Les bals masqués donnés à Paris et à Versailles se succèdent, permettant au Roi de se dissimuler dans la foule.

 

La légende veut que leur liaison commence lors du bal somptueux donné à Versailles ou le roi arriva avec sept courtisans déguisés comme lui en ifs semblables à ceux des jardins. 

Au mois de mai, Madame d’Etiolles bénéficiait d’un pied à terre à Versailles.

Son mari éloigné de Paris ne revint que pour se rendre à l’évidence et renoncer à Jeanne-Antoinette, contraint et forcé par le roi.

 

Le 14 septembre, elle fut officiellement présentée à la cour sous le titre de Madame de Pompadour.

La prédiction du destin exceptionnel de Jeanne-Antoinette s’accomplissait.